Le jardin des félibres

À la croisée des talents
À la croisée des talents
À la croisée des talents
Découvrir la fiche d'identité de la Ville de Sceaux.
Informations et guides pratiques sur le tourisme à Sceaux.
Découvrir les engagements durables de la Ville.
Découvrir en quoi la Ville de Sceaux constitue un territoire métropolitain.
Patrimoine scéen, société d'histoire locale.
Consultation des collections de documents numériques issues des archives municipales de Sceaux.
Photos, vidéos et podcasts des événements organisés à Sceaux.
Annuaire des associations, informations sur la vie associative locale, recherche de bénévoles.
Vie municipale
Vie municipale
Vie municipale
Liste des membres du conseil municipal de la Ville de Sceaux.
Archives des séances du conseil municipal scéen.
Informations financières sur la Ville de Sceaux et budgets.
Consultez les délibérations du conseil municipal de Sceaux.
Organigramme et activités des services municipaux scéens.
Actualités et informations sur la démocratie locale à Sceaux.
Placer l’usager au cœur du service public et améliorer la qualité du service rendu : les objectifs de la démarche.
Liste des marchés publics lancés par la Ville de Sceaux.

 

Démocratie locale

Actualités et informations sur la démocratie locale à Sceaux.

Vie quotidienne
Vie quotidienne
Vie quotidienne
Redécouvrez la collection complète du bulletin municipal.
Informations et consultation du catalogue de la bibliothèque municipale.
Recensement des différents guides et brochures pratiques éditées par la Ville.
Découvrez les films à l'affiche au cinéma Trianon de Sceaux.
Outils de recherche de professionnels par secteurs d'activités.
Calendrier des prochaines collectes à Sceaux.
Carte des différentes tables scéennes, par type de cuisine.
Pharmacies et infirmières de garde à Sceaux les dimanches et jours fériés.
Sceaux magazine

Redécouvrez la collection complète du bulletin municipal.

Services en ligne
Services en ligne
Services en ligne
Sceaux info mairie vous renseigne et simplifie vos démarches.
Consultez les annonces déposées par le public à travers différentes rubriques, diffusez votre petite-annonce.
Informations sur les démarches administratives et demande d'acte d'état-civil en ligne.
Gestion et télérèglement de prestations familiales proposées par la Ville de Sceaux.
Accès au site officiel de l'administration française.
Commandez de chez vous les articles de vos commerçants scéens.
Effectuez votre demande de réservation d'une salle municipale.
Effectuez une demande de surveillance de votre domicile par la police municpale pendant vos vacances.

 

Sceaux info mairie

Sceaux info mairie vous renseigne et simplifie vos démarches.

Mon Sceaux.fr
Créer mon compte

Créez votre compte sur Sceaux.fr et bénéficiez de services personnalisés.

Mon compte

Accédez à votre compte sur Sceaux.fr.

Le jardin des félibres
Culture
Le jardin des félibres
C’est autour de la tombe de Florian que s’est peu à peu constitué le Jardin des Félibres. Le fabuliste Florian, Gentilhomme du Duc de Penthièvre, avait, dix ans durant vécu à la Cour de Sceaux, où il revint mourir le 11 septembre 1794, dans sa maison de la rue du Petit-Chemin (actuellement 19, rue des Écoles) : il avait trente-neuf ans et fut inhumé dans le cimetière communal.
 
En 1814, la municipalité décida de déplacer le cimetière : la tombe de Florian, simple dalle ombragée d’un cyprès, constituait un enclos privé et demeura en place. On put craindre un moment sa disparition lorsque la ville natale de Florian, Sauve, dans le Gard, demanda qu’on lui rende les restes de son grand homme. Une demande fut adressée au Roi Louis XVIII qui donna son accord à condition qu’une messe fût célébrée dans chacune des provinces que traverserait le cortège. Découragée, la ville de Sauve renonça.
 
Cependant, la croissance de la ville de Sceaux finit par rendre impossible le maintien de la tombe de Florian à son emplacement premier. Le 5 mai 1836, une délibération municipale décida que les restes de Florian fussent transférés dans le petit terrain appartenant à la ville, en bordure de l’église. Ce terrain était étroitement limité, à l’est par le mur d’enceinte du parc, au droit du choeur de l’église, et à l’ouest par le corps de garde, petite construction à colonnes édifiée en 1833 au pied du clocher. Dans le même temps, la ville de Sceaux décida d’offrir à Florian une nouvelle sépulture et une souscription publique fut lancée : le roi Louis-Philippe, petit-fils du duc de Penthièvre, accepta d’y participer. Le 13 décembre 1839, les restes de Florian furent transférés à leur nouvel emplacement, à titre de concession perpétuelle par la commune. Le buste de l’écrivain, oeuvre du sculpteur Fauginet, d’après Devéria, fut inauguré par un discours prononcé au nom de l’Académie française, par le poète Népomucène Lemercier, alors célèbre.
 
Les lieux furent transformés, d’abord en 1843 par la construction de la nouvelle mairie (l’actuelle « ancienne mairie »), puis en 1846, par la création du chemin de fer, un des premiers de France. Le terminus de la voie ferrée, prévu, comme il était logique, en plein centre de la ville, face à l’église, fut établi par emprise sur le Jardin de la Ménagerie, avec un tracé d’une extrême simplicité : la voie ferrée se terminait par une boucle (emplacement des actuels 42 à 60 bis, avenue du Président Roosevelt) permettant au train de repartir dans l’autre sens. La gare fut établie en face de la boucle dans une grande maison du XVIIIe siècle qui existe encore, le long du bâtiment qui borde l’impasse du marché. Désormais, les voyageurs arrivaient à Sceaux à proximité du fameux bal, qui attirait les parisiens le dimanche, et sortaient face à la sépulture de Florian.
 
En 1877, deux écrivains de langue d’oc eurent l’idée d’une promenade dominicale dans la banlieue sud afin de visiter la « maison de Voltaire », à Châtenay-Malabry : ils se nommaient Paul Arène et Valéry Vernier. Ainsi naquit la tradition félibréenne de Sceaux. Dès lors, les membres de deux associations, Félibres et Cigaliers, revinrent chaque année à Sceaux, plus tard accompagnés de membres d’autres associations : Enfant du Gard, Bas Alpins, Union Fraternelle de la Drôme... La fête comprenait l’accueil par la municipalité en gare de Sceaux, le cortège conduit par la fanfare municipale, discours et couronnement du buste, évocations littéraires, « cours d’amour », sorte de joute poétique sous la présidence et le jugement de trois reines d’un jour. Sous les arbres du Jardin des Félibres place était faite à la poésie. Suivaient le banquet félibréen et enfin le bal.
 
Vers 1887 l’ancien corps de garde, situé au pied du clocher, fut démoli, ce qui permit l’agrandissement de l’enclos de la tombe de Florian.
 
Théodore Aubanel, un des initiateurs de la tradition félibréenne à Sceaux, décédé en 1886, fut honoré par la ville de Sceaux. Dès mars 1887, l’ancien chemin de la Tour fut baptisé rue Aubanel. La ville autorisa volontiers les félibres de Paris à ériger un buste du poète à côté de la tombe de Florian. Ce buste, œuvre d’Étienne Leroux, fut inauguré le 3 juillet 1887 par Sextius Michel, maire d’arrondissement à Paris, en présence de Frédéric Mistral, venu à Paris pour la circonstance et sans doute pour se désolidariser des persécuteurs d’Aubanel et lui faire réparation. Le buste, placé à l’extrémité du jardin, en bordure de la place de l’église, fut le premier d’une longue série. Après les décès en 1906 et 1907 de Sextius Michel et de Clovis Hugues, leurs bustes furent érigés en hommage. En 1910, celui de Deluns-Montaud, poète et ancien ministre, sculpté par Injalbert, s’y ajouta.
 
Le buste de Mistral fut inauguré le 25 juin 1911. Jules Lemaître, Edmond Rostand, Jean Richepin, Jean Aicard et tous membres de l’Académie française assistèrent à la cérémonie. Les années suivantes virent encore installer les bustes de Maurice Faure, poète et homme politique mort en 1919, et de Paul Mariéton, l’auteur du Livre de mélancolie.
 
En 1923, le département de la Seine acquit l’ancien domaine de Sceaux, qui bordait le côté sud de la rue Houdan et fit abattre le mur d’enceinte qui s’élevait jusque-là, perpendiculairement à la rue, au droit du chevet de l’église. En même temps, la rue Houdan fut élargie de quatre mètres et le Jardin des Félibres, ainsi sérieusement amputé au nord, s’accrut en revanche à l’ouest de la parcelle située entre le bassin, la rue Houdan, l’allée du bassin de l’église (dans le parc) et le Jardin des Félibres.
 
Cette importante modification foncière entraîna un réaménagement du jardin dès 1933. Les bustes avaient jusque-là été érigés de façon empirique aux emplacements disponibles et la transformation du terrain rendait leur implantation peu harmonieuse. On établit donc un hémicycle de treillage, devant lequel fut érigé, en place d’honneur, le buste de Mistral, de part et d’autre duquel les autres monuments furent installés, la tombe de Florian restant isolée à l’extrémité. Le jardin sous ce nouvel aspect fut inauguré lors de la Félibrée de 1933. Deux ans plus tard, la « cour d’amour » eut lieu au Petit château, que la ville venait d’acquérir.
 
La tradition félibréenne se poursuivit et le Jardin des Félibres demeure un lieu privilégié du centre-ville. Sa configuration actuelle date du printemps 2004, lorsque le Conseil départemental des Hauts-de-Seine réunit, à la grande satisfaction de la ville de Sceaux, le petit jardin séparant l’église de l’avenue Franklin-Roosevelt avec l’enclos du bassin de l’église, qu’on ignorait jusque là, dissimulé aux regards par des haies hautes et épaisses.

 

 

Calendrier

L M M J V S D
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
Ajouter au calendrier
  • Lien vers les archives municipales de Sceaux
  • Lien vers le site des associations
  • Lien vers la Maison du Tourisme de Sceaux
  • Lien vers le centre multimédia
  • Maison virtuelle de l'ESS