Urbanisme

Giratoire De Gaulle : les bénéfices d’un carrefour sans feux

Le Département réalise des travaux préparatoires à l’expérimentation d’un nouveau fonctionnement du carrefour De Gaulle avec une configuration de giratoire sans feux tricolores. Objectif : plus de sécurité pour les piétons et plus de fluidité pour les usagers.

La suppression des feux et la mise en place d’un giratoire présentent plusieurs avantages en termes de sécurité et de fluidité :

  • éviter les franchissements directs en ligne droite qui sont responsables d’accidents graves impliquant des piétons ;
  • éviter les comportements dangereux comme l’accélération en fin de feu vert ou le franchissement au feu rouge ;
  • réduire la vitesse des véhicules et inciter les usagers à être plus attentifs à leur environnement grâce à un élargissement des trottoirs et un rétrécissement de la chaussée ;
  • rendre la priorité aux piétons en responsabilisant l’ensemble des usagers de la route ;  
  • permettre une meilleure adaptation des carrefours aux modes de circulation doux ;
  • réduire le temps d’attente en heures creuses pour les usagers de la route, les piétons et les bus ;  
  • préserver l’environnement grâce à des vitesses plus homogènes et une réduction des nuisances (pollution, bruit…).

Des expérimentations concluantes dans d’autres villes françaises

À Bordeaux (enquête 2020)

  • Plus de 300 accidents à des carrefours à feux entre 2012 et 2016, dont un quart avec franchissement du feu rouge ; 18 des 19 carrefours à feux sont parmi les plus accidentogènes de la Métropole. Trois ans après la transformation de 75 carrefours, aucun accident corporel n’a été recensé.
  • Un temps de parcours réduit en moyenne de 25 % entre 17h30 et 18h.

À Lyon (enquête 2018)

  • Un gain de temps : 30 à 50 % de gain constaté par le réseau de bus ; une meilleure fluidité constatée pour tous les modes de déplacement.

Les feux et la sécurité en France

Selon le centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema), organisme public dépendant du ministère des Transports, 1/3 des accidents qui se produisent en ville sont consécutifs au franchissement d’un feu rouge.

Quelques chiffres :

  • 30 000 carrefours à feux en France ;
  • 10 000 accidents corporels par an ;
  • 1 500 blessés grièvement ;
  • 150 tués.