Ma ville

Rencontre avec le graffeur scéen Tim Marsh

Entre le 28 juin et le 1er juillet derniers, le graffeur originaire de Sceaux Tim Marsh a réalisé une fresque murale rue du Four à l’occasion du lancement des guinguettes de Sceaux qui ont rythmé l’été des Scéens. SceauxMag est allé à la rencontre de l’artiste. 

Comment avez-vous imaginé cette fresque murale ? 

Tim Marsh : La peinture de la rue du Four est une œuvre abstraite caractéristique de mon travail. Il s’agit d’une saturation de formes géométriques et de couleurs qui sont réalisées en plusieurs couches. La première couche sert de structure pour poser les formes et répartir les couleurs. Les formes sont inspirées de motifs que l’on retrouve sur des instruments de musique de capoeira, art martial brésilien que j’ai pratiqué. Je puise également dans des codes graphiques de mon enfance dans les années 80 et 90, comme par exemple les dessins animés Denver le dernier dinosaure ou encore Sauvés par le gong. La deuxième couche est composée de détails plus anguleux et futuristes, avec des transparences, des tons fluos et des contrastes plus prononcés, noirs et blancs, pour donner de la profondeur à la peinture. Enfin, je rajoute une troisième couche de détails plus jetés, faits uniquement à la main, pour donner une touche de dynamisme à la peinture. Hormis la sous-couche de préparation permettant une meilleure accroche des couleurs, la peinture a été réalisée uniquement au spray. 

Quel est votre lien avec Sceaux ? 

Tim Marsh : Je suis arrivé à Sceaux à l’âge de 15 ans et j’en suis reparti à 32 ans. J’y ai grandi en tant qu’adolescent et jeune adulte. Plus jeune, j’étais très impliqué dans la vie locale à travers la mission jeunesse, menant à bien des projets avec mes amis comme le skatepark du jardin de la Ménagerie, un voyage à Cannes avec des jeunes pratiquant le roller, des expositions photographiques à l’Animathèque MJC ou encore le projection d’un film documentaire au cinéma Le Trianon. Je garde d’excellents souvenirs de cette période de ma vie et je reste très attaché à cette ville. Mes parents y vivent encore, certains amis aussi. J’aime revenir à Sceaux à chaque fois que je réalise des projets en région parisienne. C’est un réel plaisir pour moi de présenter mon travail à Sceaux avec cette réalisation sur un mur temporaire. C’est  l’occasion parfaite de juger de l’accueil réservé par les Scéens pour cette fresque murale. J’espère pouvoir réaliser à l’avenir d’autres travaux de muralisme contemporain à Sceaux.