Cadre de vie

Philippe Laurent, maire de Sceaux, interpelle le préfet des Hauts-de-Seine sur la nécessité de renforcer la lutte contre les nuisances subies par les riverains de la Coulée verte

Philippe Laurent, maire de Sceaux, a adressé un courrier au préfet des Hauts-de-Seine le jeudi 4 juin, pour lui demander de renforcer la présence policière aux abords de la Coulée verte afin de lutter contre l’accroissement des nuisances subies par les riverains.

De nombreux riverains ont récemment signalé un accroissement des nuisances aux abords de la Coulée verte (rassemblements excessifs, tapages nocturnes, rodéos, dégradation des lieux…), sans doute lié à l’approche de l’été et au contexte du déconfinement.

Face à cette situation jugée « intolérable », Philippe Laurent, maire de Sceaux, a adressé un courrier au préfet des Hauts-de-Seine pour demander « un renforcement  de la présence policière au droit de la Coulée verte, à Sceaux et dans les villes voisines traversées, afin de disperser les rassemblements non conformes aux mesures sanitaires et faire cesser sans plus tarder les agissements et débordements constatés ». En effet, seule la police nationale dispose la nuit des pouvoirs ad hoc et des moyens spécifiques d’intervention et d’interpellation, alors même que le commissariat de Châtenay-Malabry a connu une diminution anormale de ses effectifs, situation régulièrement dénoncée par le maire de Sceaux. Dans son courrier, Philippe Laurent suggère la mobilisation des renforts de la « police d’agglomération parisienne » ou, à défaut, des effectifs de maintien de l’ordre telles que les compagnies républicaines de sécurité (CRS).

D’autre part, la Coulée verte étant la propriété du département des Hauts-de-Seine, le maire de Sceaux rappelle avoir récemment demandé au président du conseil départemental d’intensifier les patrouilles des équipes départementales de surveillance en journée, et de requérir ponctuellement l’intervention d’agents de sécurité privée la nuit.

Intensification des patrouilles du service Tranquillité urbaine, installation de caméras et groupe de travail

Le maire de Sceaux a également ordonné aux policiers municipaux et gardes urbains assermentés du service Tranquillité urbaine de la Ville de renforcer leurs patrouilles aux abords de la Coulée verte, particulièrement en soirée. La Ville a aussi procédé à la pose de deux caméras de vidéoprotection à proximité immédiate sur l’espace public communal.

La Ville encourage les riverains à continuer de contacter systématiquement le 17 pour alerter la police nationale sur la situation, et à déposer plainte le cas échéant. « Naturellement, j’ai averti des dizaines de fois le commissariat de police ainsi que le Département (propriétaire et gestionnaire de la Coulée verte) », explique Philippe Laurent. « Mais la Ville n’a ni les capacités techniques, ni les moyens juridiques de lutter seule contre cette forme de délinquance. En France, ces questions relèvent en effet de l’État. »

Afin de cordonner les actions des différents acteurs engagés sur ce sujet (Ville, Département, police nationale), le maire de Sceaux a appelé de ses vœux une nouvelle réunion du groupe de travail sur la sécurité de la Coulée verte, présidé depuis l’année dernière par la commissaire de police nationale et composé d’un collectif d’habitants. Les travaux de ce groupe de travail pourront être évoqués à l’occasion de la prochaine réunion plénière du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance que le maire de Sceaux réunira début juillet.

> Consulter le courrier adressé par le maire de Sceaux au préfet des Hauts-de-Seine