Distinction et label

L'université Paris-Saclay dans le top 15 du classement de Shanghai

L’université Paris-Saclay, dont l’un des campus est situé à Sceaux, fait son entrée en 2020 dans le célèbre classement de Shanghai des meilleures universités du monde en se hissant au 14e rang.

Chaque année, l’université Jiao Tong de Shanghai publie en août son classement des 1 000 premières universités au monde.

Créée en janvier 2020, l’université Paris-Saclay, dont la faculté Jean-Monnet et l’Institut universitaire de technologie à Sceaux font partie, rejoint d’emblée le 14e rang mondial et obtient la première place parmi les établissements français reconnus à l’international. « Je suis particulièrement heureuse car l’entrée, dès cette année, à cette 14e place mondiale rend hommage à celles et ceux qui, depuis des années, croient en ce nouveau modèle d’université que nous venons de créer », s’enthousiasme Sylvie Retailleau, présidente de l’université Paris-Saclay. Et de poursuivre : « Tous ceux qui ont accompagné la construction de l’université Paris-Saclay peuvent se réjouir de cette reconnaissance, un atout non seulement pour notre université et ses étudiants, mais aussi pour nos partenaires et globalement pour la formation et la recherche françaises. »

Un nouveau modèle d’université

L’université Paris-Saclay regroupe depuis janvier 2020 dix composantes universitaires, quatre grandes écoles, l’Institut des hautes études scientifiques, deux universités membres associées et des laboratoires partagés avec de grands organismes nationaux de recherche.

Université de pointe, à dominante scientifique, elle est composée de 48 000 étudiants, 8 100 enseignants-chercheurs et 8 500 personnels techniques et administratifs, répartis sur un vaste territoire du Sud de Paris.

Deux de ses composantes sont situées à Sceaux : la faculté Jean-Monnet et l’Institut universitaire de technologie de Sceaux. « La ville de Sceaux, avec ses étudiants et son corps enseignant réputé, participe à cet excellent résultat dont elle est fière », précise Philippe Laurent, maire de Sceaux.

Ce résultat est le fruit d’un projet débuté à la suite de la loi relative à l’autonomie des universités en 2007 qui prévoyait le regroupement d’universités françaises et de grandes écoles avec l’ambition notamment de peser davantage sur le plan international. « L’université Paris-Saclay en est l’illustration parfaite. Nous avons créé une grande université au centre de laquelle la recherche a trouvé toute sa place. La recherche représente en effet un critère essentiel dans le classement de Shanghai », explique Boris Bernabé, doyen de la faculté Jean-Monnet et professeur en histoire du droit et des institutions. « L’ex-université Paris-Sud se trouvait déjà parmi les meilleures universités françaises en sciences expérimentales. Elle comptait dans ses rangs deux Prix Nobel en physique. L’université Paris-Saclay forme désormais un regroupement d’excellence qui a réussi à se hisser à la première place mondiale en mathématiques dans le classement de Shanghai. Les efforts doivent à présent se concentrer dans le domaine des sciences sociales en trouvant le juste équilibre entre notre conception de la recherche et les critères auxquels nous devons répondre à l’international. Figurer dans le classement de Shanghai est une formidable récompense, mais cela ne constitue pas une fin en soi », conclut Boris Bernabé.